Les conséquences d’une écoute défaillante

Même si un message sonore est correctement entendu il risque d’être mal analysé.

Lorsque le cerveau est saturé de messages il devient incapable d’effectuer l’analyse et la distribution harmonieuse de l’information.

La musculature de l’oreille moyenne ne parvient plus à assurer l’ouverture permettant aux sons d’accéder correctement à l’oreille interne. Le cheminement des stimulations auditives par les voies nerveuses en direction du cerveau est rendu sinon impossible, du moins difficile, faute de passage.

 

Pour une personne présentant ce type de dysfonctionnement, il devient impossible de se protéger des messages indésirables et de s’objectiver de ses émotions. Soit il y en a pas assez (par manque de stimulations), soit il y en a trop (par excès de stimulations).

Elle risque de ne pas entendre certaines phrases, ou, à l’opposé, de mal interpréter des mots qui la touchent. Elle ressent alors le besoin de se protéger du monde extérieur en se repliant sur elle-même, entrainant ainsi une perte du désir de communiquer.

Tout son ou tout mouvement, une voiture qui passe ou les gens qui parlent dans la rue, deviennent sources de distraction. La personne devient alors hyper vigilante, anxieuse, fatigable, irritable. Elle voit également décroître ses facultés de raisonnement, sa motivation, sa concentration, ses capacités de mémorisation et va finir par perdre confiance en elle.

Elle peut également développer certaines phobies, particulièrement celles qui ont trait à l’espace et au mouvement.